Blue2bGreen

Assistance, conseils techniques et commerciaux dans le domaine des installations provisoires - Expertise en Infrastructures de Recharge des Véhicules Électriques et Hybrides Rechargeables.

Amsterdam installe les premières bornes publiques V2G

Dans le cadre du projet européen City-Zen, des bornes de recharge bi-directionnelles pour VE ont été installées à Amsterdam pour tester le vehicle-to-grid lors d’une expérimentation grandeur nature.

 
Lancé en mars 2014, le projet européen City-Zen vise à tester et déployer à grande échelle des solutions innovations pour rendre les villes plus économes en énergie en vue d’atteindre les objectifs du Plan Climat-énergie. Deux sites pilotes ont été choisis : le quartier Presqu’île à Grenoble et celui de Nieuw West à Amsterdam.

C’est dans ce dernier qu’ont été implantées des bornes de recharge bi-directionnelles. Celles-ci sont capables de recharger les véhicules électriques, mais aussi d’utiliser la capacité de stockage des VE pour réinjecter de l’électricité dans le réseau en cas de hausse de la demande. Les batteries servent alors d’unités de stockage temporaire, notamment pour l’électricité d’origine renouvelable : on parle de vehicle-to-grid ou V2G.

 

Des bornes connectées au réseau public

Ce déploiement est une première mondiale car la plupart des bornes sont publiques, donc connectées directement au réseau de la ville. D’autres points de charge ont été installés sur des sites privés, dans les bureaux du cabinet d’experts-comptables PwC et dans un centre sportif, cette fois reliées à des réseaux internes (vehicle-to-office). L’objectif : expérimenter comment la technologie et des services V2G vont influencer et soutenir la stabilité du réseau, mais aussi identifier les barrières sociales et réglementaires.

« Nous testons l’impact du V2G sur le réseau basse tension, a expliqué Marisca Zweistra, chef de programme chez le distributeur d’énergie néerlandais Alliander, porteur du projet. En outre, nous voulons voir si le V2G a un potentiel de secours en cas de panne d’électricité et si une plus grande partie de l’énergie solaire autogénérée dans les bureaux peut être utilisée pour l’alimentation électrique de ces sites. Si c’est le cas, il y aura moins de charge sur le réseau et, par conséquent, moins de câbles d’alimentation coûteux devront être installés. »

Posted in: VU sur le NET

Leave a Comment (0) ↓